Thomas Piketty : « Après le déni climatique, le déni inégalitaire »

Thomas Piketty : « Après le déni climatique, le déni inégalitaire »

6
0
SHARE

Manifestation contre la réforme des retraires, à Paris, le 17 décembre 2019.

Manifestation contre la réforme des retraires, à Paris, le 17 décembre 2019. BENJAMIN GIRETTE POUR LE MONDE

Après le déni climatique, aujourd’hui en perte de vitesse, au moins superficiellement, assisterait-on à la montée du déni inégalitaire ? C’est évident dans le cas du gouvernement français, dont toute l’action menée depuis 2017 semble guidée par l’idée que le pays souffrirait d’un excès d’égalité.

D’où les cadeaux fiscaux aux plus fortunés du début de mandat. D’où également son incapacité à comprendre la demande de justice qui s’exprime dans le mouvement social actuel. Concrètement, un régime de retraite universel est possible, mais uniquement à la condition de tout faire pour améliorer les petites et moyennes retraites, quitte à demander un effort accru aux plus hauts salaires et patrimoines. Ceux qui sont en haut de l’échelle doivent comprendre que le vieillissement et la fin de vie entraînent de nouveaux défis en termes de dignité et d’égalité.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi En France, les inégalités sont reparties à la hausse

Plus généralement, alors que la demande de justice s’exprime dans de multiples mobilisations de par le monde, on voit monter dans les médias liés aux milieux d’affaires une petite musique visant à relativiser la hausse des inégalités des dernières décennies. Certes, personne ne s’attend à ce que l’hebdomadaire The Economist soit à la pointe du combat pour l’égalité. Mais ce n’est pas une raison pour tordre les faits quand ils sont établis.

Ce n’est pas en mettant toute notion de revenu ou de croissance à la poubelle que l’on va sauver l’environnement

C’est d’autant plus regrettable que les gouvernements des pays riches n’ont fait aucun véritable effort pour promouvoir la transparence sur la répartition des richesses depuis la crise de 2008. Avec tous les grands discours sur les paradis fiscaux, les transmissions automatiques de données bancaires, etc., on aurait pu s’attendre à ce que l’opacité financière ait diminué.

En principe, tous les pays devraient maintenant être en mesure de collecter et de publier les données bancaires et fiscales permettant de suivre l’évolution de la répartition des richesses suivant la taille du revenu et du patrimoine, en particulier pour les plus hautes fortunes. Malheureusement il n’en est rien. Avec la suppression dans plusieurs pays des impôts progressifs sur la propriété et sur les revenus du capital, on assiste même dans de nombreux cas (notamment en France, mais également en Allemagne, en Suède ou aux Etats-Unis) à un appauvrissement des données publiques disponibles.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Climat : « L’environnement est la nouvelle frontière des inégalités »

Trop souvent, les chercheurs comme les administrations publiques se retrouvent à utiliser les classements de fortunes publiés dans les magazines, données qui indiquent certes une prospérité croissante des plus riches, mais qui ne remplissent pas les conditions de transparence et de rigueur que l’on est en droit d’attendre pour alimenter un débat démocratique serein sur ces questions essentielles.

Économie : Toute l’actualité sur Le Monde.fr.

LEAVE A REPLY