« On bâtit l’avenir sur des tables rases quand l’urgence écologique et sociale...

« On bâtit l’avenir sur des tables rases quand l’urgence écologique et sociale commande un urbanisme de la réparation »

3
0
SHARE

Pendant des décennies, on a coulé du béton sur des terres disponibles. Aujourd’hui, la priorité absolue doit être la transformation des bâtiments et des quartiers existants, explique, dans sa chronique, le journaliste du « Monde » Grégoire Allix.

Publié aujourd’hui à 06h15 Temps de Lecture 3 min.

Article réservé aux abonnés

Entre utopie futuriste et cauchemar aseptisé, les villes nouvelles tout en démesure fleurissent sur la planète, gagnées sur la mer, sur la forêt, sur le désert. Certaines veulent échapper à l’enfer urbain de leur métropole en érigeant ex nihilo une nouvelle capitale paradisiaque – l’Egypte et l’Indonésie se sont lancées dans cette aventure. D’autres se rêvent en nouveaux Dubaï : Eko Atlantic au Nigeria, Forest City en Malaisie, Neom en Arabie saoudite…

Plus de cent vingt villes nouvelles sont en projet dans une quarantaine de pays, selon le décompte de la géographe Sarah Moser, chercheuse à l’université McGill à Montréal, qui prépare un atlas sur le sujet. Elles sont forcément « vertes », toujours « intelligentes », connectées jusqu’à la surveillance, dessinées pour former des arabesques vues du ciel plus que vécues à échelle humaine. Surtout, elles offrent une échappatoire radicale et immédiate aux maux contre lesquels se débattent les vraies villes de ces pays : bidonvilles, pollution, congestion…

Lotissements, zones d’activité, périphéries commerciales : les ingrédients de cette « France moche » sont connus, qui ont accéléré la désertification des centres-villes

Délires exotiques ? Crise de croissance d’économies en développement ? Sans doute. Mais osons un parallèle : les mécanismes à l’œuvre dans la construction de ces lointaines cités idéales ne sont pas si différents des réflexes qui accouchent, ici, de formes plus modestes, banales et quotidiennes. Sous nos latitudes également, des logiques financières aux ressorts politiques, de l’ego des architectes aux rêves de leurs clients, tout concourt à bâtir l’avenir sur des tables rases, quand l’urgence écologique et sociale commande d’inventer un urbanisme de la réparation.

Crise du logement, vieillissement des quartiers historiques, mutations du commerce, multiplication des voitures : pendant des décennies, la solution à tous les problèmes a consisté à aller couler un peu plus de béton toujours un peu plus loin, sur des terres disponibles. Lotissements pavillonnaires, zones d’activité, périphéries commerciales : les ingrédients de cette « France moche » sont connus, qui ont produit un étalement urbain effréné et accéléré la désertification des centres-villes. Cet aménagement centrifuge a non seulement entraîné une stérilisation massive des sols, mais alimenté la colère sociale qui s’exprime notamment dans le mouvement des « gilets jaunes ».

Économie : Toute l’actualité sur Le Monde.fr.

LEAVE A REPLY