Nucléaire : les futurs EPR coûteraient au moins 7,5 milliards d’euros chacun,...

Nucléaire : les futurs EPR coûteraient au moins 7,5 milliards d’euros chacun, selon EDF

4
0
SHARE

Soit plus du double du prix initial du réacteur nucléaire de troisième génération de Flamanville, qui a accumulé les déboires.

Le vrai coût des EPR ne cesse de grimper. EDF évalue à au moins 7,5 milliards d’euros le coût unitaire d’éventuels nouveaux EPR, plus du double du prix initial du réacteur nucléaire de troisième génération de Flamanville qui a accumulé les déboires, selon la teneur d’un document interne révélée samedi par Le Monde

Dans ce document, qui développe l’hypothèse de six nouveaux EPR déjà évoquée par le gouvernement et l’électricien, « EDF calcule que six réacteurs EPR construits par paires, financés sur une durée d’environ vingt ans, coûteraient au moins 46 milliards d’euros. Soit entre 7,5 et 7,8 milliards d’euros par réacteur », souligne le quotidien. 

LIRE AUSSI >> EPR : pas de décision sur de nouveaux réacteurs avant 2021 

Contacté par l’AFP samedi matin, EDF s’est refusé à tout commentaire. Le ministère de la Transition écologique, chargé du dossier, a rappelé pour sa part les propos de la ministre Élisabeth Borne selon qui la construction de nouveaux EPR ne constitue qu’un « scénario parmi d’autres » et qu’une décision ne sera prise qu’à l’issue de la mise en service de Flamanville. 

Plus de 12 milliards d’euros pour Flamanville

Lancé en 2006, et devant initialement entrer en service en 2012 pour un coût de 3,3 milliards d’euros, le premier réacteur français de troisième génération a subi revers sur revers. Son démarrage est désormais prévu fin 2022 et son coût a été réévalué à 12,4 milliards d’euros. 

LIRE AUSSI >> EDF nomme un nouveau directeur au projet EPR de Flamanville 

Fin octobre, un rapport d’audit commandé par le gouvernement avait qualifié ce chantier d’échec pour EDF » et la filière nucléaire française. Dans la foulée, le ministre de l’Économie, Bruno Le Maire, avait dénoncé « un manque de rigueur inacceptable » et sommé EDF, dont l’Etat est actionnaire à 83,7%, de mettre en place un « plan d’action » d’ici un mois pour remettre la filière nucléaire aux « meilleurs niveaux d’exigence ». 

Le rapport estimait néanmoins que l’EPR avait « démontré la pertinence » de sa conception et préconisait de voir l’État lancer « des programmes stables à long terme de construction de nouveaux réacteurs et d’entretien du parc existant ». 

LEXPRESS.fr – Rss Economie

LEAVE A REPLY