Nucléaire : le programme de futurs EPR pourrait coûter au moins 46 milliards d’euros

Nucléaire : le programme de futurs EPR pourrait coûter au moins 46 milliards d’euros

4
0
SHARE

Dans un document présenté cet été au conseil d’administration, EDF détaille son projet de bâtir six nouveaux réacteurs dans les quinze prochaines années.

Par Nabil Wakim Publié aujourd’hui à 06h10

Temps de Lecture 4 min.

Article réservé aux abonnés

Construction du réacteur EPR à Flamanville (Manche), le 16 novembre.

Construction du réacteur EPR à Flamanville (Manche), le 16 novembre. CHARLY TRIBALLEAU / AFP

La France n’a pas encore décidé si elle allait ou non construire de nouveaux réacteurs EPR, mais EDF se prépare à ce que le gouvernement prenne une décision en ce sens. Dans un document confidentiel présenté au conseil d’administration le 25 juillet, que Le Monde a pu consulter, le groupe détaille une première version de son projet « Nouveau nucléaire de France ».

Dans cette présentation, EDF calcule que six réacteurs EPR construits par paires, financés sur une durée d’environ vingt ans, coûteraient au moins 46 milliards d’euros. Soit entre 7,5 et 7,8 milliards d’euros par réacteur, selon ses estimations. Un montant nettement moins élevé que l’EPR de Flamanville (Manche), chiffré aujourd’hui à 12,4 milliards d’euros, mais beaucoup plus important que le coût d’origine de l’EPR (3,3 milliards d’euros).

Pour chacun des réacteurs, des provisions pour démantèlement de 400 millions d’euros seraient incluses dans cette équation, et de 500 millions d’euros pour « incertitudes ».

Des interrogations liées au retard de l’EPR de Flamanville

Officiellement, le gouvernement en est encore au stade de la réflexion sur l’éventualité d’un tel programme. La loi énergie climat, votée en septembre par le Parlement, dessine une trajectoire dans laquelle la France diminue la part du nucléaire dans la production d’électricité à l’horizon 2035 (elle est actuellement de 75 %). Objectif : parvenir à un équilibre de 50 % d’atome et 50 % d’énergies renouvelables. A cette fin, la feuille de route énergétique du pays pour la décennie à venir – la Programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE) – prévoit de fermer quatorze réacteurs nucléaires d’ici à 2035 et de développer sensiblement le solaire et l’éolien.

La loi énergie climat n’évoque pas clairement la construction d’un nouveau programme de réacteurs. Emmanuel Macron a appelé la filière nucléaire à présenter, à la mi-2021, un plan permettant à l’exécutif de décider si oui ou non il était nécessaire de construire de nouveaux réacteurs. Toutefois, dans une lettre envoyée début septembre au PDG d’EDF, Jean-Bernard Lévy, le gouvernement lui demande d’étudier de manière précise un programme de construction de six réacteurs de type EPR qui seraient bâtis en une quinzaine d’années.

Économie : Toute l’actualité sur Le Monde.fr.

LEAVE A REPLY