Nicolas Dufourcq : « Ne jamais abandonner son combat pour la liberté...

Nicolas Dufourcq : « Ne jamais abandonner son combat pour la liberté »

3
0
SHARE

Après  Jean-Paul Bailly ,   Caroline ParotDenis MachuelLaurent Mignon et  Françoise Mercadal-Delasalles , Nicolas Dufourcq, le directeur général de Bpifrance, a accepté de répondre aux questions du collectif Les Transformers.

Féru d’alpinisme, Nicolas Dufourcq estime que la liberté du dirigeant réside dans la capacité à « choisir les faces nord » vers lesquelles emmener son équipe. En revanche, si le dirigeant est libre de choisir l’objectif, il a aussi le devoir de monter ces « faces nord ». Et surtout de «  respecter une certaine discipline pour emmener ses équipes vers les plus beaux sommets ».

Pour transformer son organisation, le leader doit constamment effectuer un travail sur lui-même, afin de s’extraire de la mêlée et de garder le sommet en vue. Le DG de Bpifrance estime ainsi que le leader doit « rester au bon degré de liberté, à la bonne température ». Si celle-ci baisse, c’est alors la fin : il se doit de démissionner, car il n’est plus assez libre pour mener son équipe vers les cimes élues.

Diplômé de HEC et de l’Ena, Nicolas Dufourcq a mené une longue et brillante carrière, oscillant entre les secteurs publics et privés. D’abord inspecteur des finances puis directeur de cabinet, il grimpe ensuite les échelons de France Télécom, jusqu’à diriger Wanadoo. Passé par Capgemini, il y reste 10 ans, avant de prendre la tête de Bpifrance en 2013. Alors, parmi ces nombreuses et diverses expériences, à quel moment s’est-il senti le plus libre ? « E n prenant la direction de Bpifrance », répond évidemment Nicolas Dufourcq. Un choix qu’il justifie par une autre métaphore sportive, côté mer cette fois-ci : revenir dans le secteur public fut comme un « gros coup de gouvernail, une transformation de la régate ».

La Liberté des dirigeants : le point de vue de Nicolas Dufourcq from GroupTransformation on Vimeo.

 

A la Une – Les Echos Business

LEAVE A REPLY