Marchés américains : Wall Street se reprend après une passe difficile

Marchés américains : Wall Street se reprend après une passe difficile

5
0
SHARE

par Wilfrid Exbrayat

PARIS 6 août (Reuters) – Wall Street s’est nettement redressée mardi, après avoir vécu deux séances difficiles à subir l’impact des dernières décisions de Donald Trump dans le conflit commercial avec la Chine et d’une baisse emblématique du yuan survenue lundi, jour où les principaux indices ont subi leur plus forte perte en pourcentage de l’année.

L’indice Dow Jones a gagné 311,78 points, soit 1,21%, à 26.029,52 points. Le S&P-500, plus large, a pris 37,03 points, soit 1,30%, à 2.881,77 points. Le Nasdaq Composite a avancé de 107,23 points (1,39%) à 7.833,27 points.

Le S&P-500 et le Nasdaq ont tous deux mis fin à une série de six séances dans le rouge.

Le secrétaire au Trésor américain Steven Mnuchin a fait savoir lundi que le gouvernement avait déterminé que la Chine manipulait sa monnaie et allait demander au Fonds monétaire international (FMI) de mettre un terme à la concurrence déloyale de Pékin.

La Banque populaire de Chine (BPC), qui a laissé filer le yuan lundi sous le seuil de sept pour un dollar pour la première fois depuis la crise financière de 2008, a rétorqué mardi que la décision américaine d’accuser Pékin de manipuler sa monnaie risquait de « perturber gravement l’ordre financier international et de provoquer le chaos sur les marchés financiers ».

Mais depuis, la BPC a fixé le taux pivot quotidien du yuan à un niveau légèrement supérieur aux attentes du marché.

Même s’il s’agit du plus bas enregistré depuis mai 2008, cela a suffi à apaiser Wall Street qui redoutait que ces mouvements de change ne viennent aggraver un conflit qui s’était déjà envenimé la semaine dernière, lorsque Donald Trump avait menacé d’infliger aux importations chinoise une nouvelle salve de droits de douane.

Autre élément d’apaisement, le principal conseiller économique de Donald Trump, Larry Kudlow, a déclaré mardi sur la chaîne de télévision CNBC que Donald Trump voulait poursuivre les discussions avec la Chine et que Washington prévoyait toujours de recevoir une délégation chinoise pour de nouvelles négociations en septembre.

Le volume a été de 7,93 milliards de titres échangés contre 6,91 milliards en moyenne durant les 20 séances précédentes.

VALEURS

L’indice S&P des high techs, composé de valeurs très exposées au marché chinois, a fini en hausse de 1,61%, plus forte hausse sectorielle de la journée.

Apple a gagné 1,89%, après trois jours de pertes copieuses, tandis que l’indice des semiconducteurs de Philadelphie a pris 1,27%.

Take-Two Interactive Software a bondi de 7,96%, l’éditeur de jeux vidéo ayant relevé sa prévision de chiffre d’affaires annuel.

Walt Disney perdait 2,6% en après-Bourse en réaction à ses résultats trimestriels.

LES INDICATEURS DU JOUR

Aucun indicateur officiel majeur n’a été publié.

Toutefois, le département du Travail des Etats-Unis, dans le rapport mensuel dit JOLTS (Job Openings and Labor Turnover Survey) publié mardi, observe que le nombre des offres d’emploi et celui des recrutements ont baissé en juin, un signe supplémentaire de ralentissement du marché du travail après la croissance soutenue observée l’an dernier.

LA SÉANCE EN EUROPE

Les Bourses européennes ont terminé en baisse mardi, le rebond favorisé par des signes d’accalmie sur le yuan n’ayant pas duré face aux inquiétudes persistantes sur le commerce.

À Paris, le CAC 40, qui a gagné jusqu’à plus de 1% en séance, a fini sur un repli de 0,13%, sa troisième performance négative d’affilée, à 5.234,65 points, la progression de Vivendi et de LVMH lui ayant permis de limiter les pertes.

La baisse a été plus marquée pour le Footsie britannique , qui a abandonné 0,72%, comme pour le Dax allemand , qui a cédé 0,78%.

L’indice EuroStoxx 50 a reculé de 0,58%, le FTSEurofirst 300 de 0,46% et le Stoxx 600 de 0,47%.

TAUX

L’écart de rendement entre le deux ans et le 10 ans américains s’est contracté mardi, l’échéance courte ayant profité d’une solide adjudication de 38 milliards de dollars de papier à trois ans, tandis que l’échéance longue continue d’être plombée par le conflit commercial sino-américain.

Le papier à trois ans a été placé au taux de rendement le plus bas depuis deux ans.

Le Trésor adjugera encore 27 milliards de papier à 10 ans mercredi et 19 milliards de titres à 30 ans le lendemain.

Le rendement à 10 ans perdait 2,4 points de base à 1,7124%; il a touché 1,672% la nuit dernière, un plancher depuis le 5 octobre 2016.

Le deux ans gagnait un pdb à 1,5931%; il a touché 1,529%, au plus bas depuis octobre 2017.

Le « spread » entre les deux échéances a rétréci à 11 pdb avant de finir à 12,1 pdb, en recul de plus d’un pdb sur la journée.

CHANGES

Le yuan s’est raffermi et la demande de monnaies refuges telles que le franc suisse et le yen a diminué, Pékin semblant avoir pris des dispositions pour stabiliser la monnaie nationale, laquelle avait lundi enfoncé un seuil clé au grand dam du président américain Donald Trump.

Le yuan onshore est resté à plus de 7 mais a gagné 0,3% contre le dollar, tandis que le yuan offshore était aussi en hausse, de 0,6% face au billet vert.

Face à un panier de devises de référence, le dollar gagnait 0,08%, après avoir la veille inscrit un plus bas de deux semaines.

Il prenait aussi 0,51% à 106,48 yens et 0,28% à 0,9760 franc suisse.

PETROLE

Les cours du pétrole ont terminé en baisse mardi sur le Nymex avec un Brent qui reste proche d’un plus bas de sept mois autour de 60 dollars le baril car les tensions commerciales continuent de prélever leur tribut sur le marché pétrolier.

L’API a annoncé une baisse plus forte que prévu des réserves américaines dans la semaine au 2 août, de 3,4 millions de barils, alors que les analystes n’attendaient qu’une contraction de 2,8 millions de barils.

A SUIVRE MERCREDI 7 AOÛT :

(Medha Singh et Arjun Panchadar et Caroline Valetkevitch, Jessica Resnick-Ault, Richard Leong, Karen Brettell et Gertrude Chavez-Dreyfuss Wilfrid Exbrayat pour le service français)

Investir – Toute l’info des marchés – Les Echos Bourse

LEAVE A REPLY