Le vélo de fonction, un avantage prisé des salariés

Le vélo de fonction, un avantage prisé des salariés

4
0
SHARE

Jusqu’à l’été 2019, Jean-Baptiste Mounier, responsable de la communication de l’assureur Euler Hermes, enfourchait encore son scooter pour aller travailler le matin. « Quatre kilomètres de stress dans la circulation, à faire attention en permanence aux autres usagers », se souvient-il. Un jour, ce salarié a eu un accident de scooter. Pas grand-chose, mais ça l’a refroidi. Et puis, son engin lui coûtait « 200 euros par mois, en additionnant l’essence, l’entretien, la révision et l’assurance ». « Enfin, les nouveaux tests ont montré que les scooters étaient très polluants », témoigne-t-il.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Le vélo, révolution urbaine

Alors, ce père de famille a décidé de profiter d’une offre de son employeur, un « vélo de fonction » pour 5,5 euros par mois seulement. La bicyclette à assistance électrique, de marque Winora, vendue 2 500 euros neuve, est fournie avec deux antivols, une bombe anticrevaison et un service de maintenance. Le salarié peut l’utiliser pour ses déplacements privés.

Pour proposer ce service à une trentaine de ses salariés, son employeur a eu recours à un prestataire, Zenride, une société créée en 2018 et spécialisée dans « le vélo d’entreprise et de fonction ». L’entreprise cliente choisit les vélos chez un détaillant puis propose à ses collaborateurs la location mensuelle, au prix qu’elle souhaite, prenant le cas échéant la différence à sa charge. « Nous ne travaillons qu’avec des vélos haut de gamme », précise Antoine Repussard, cofondateur de Zenride.

Vélos aux couleurs de Boursorama

Euler Hermes, leader de l’assurance-crédit, qui emploie 900 salariés dans une tour de La Défense, était « à la recherche de nouveaux avantages sociaux, au-delà des fonds de pension, retraites privées, voitures et mutuelle santé » habituellement offerts aux salariés, explique Olivier Daigremont, responsable du pôle rémunération et avantages sociaux de l’entreprise.

D’autres pressions ont joué en faveur du « vélo de fonction », « l’empreinte en CO2 du secteur de l’assurance pourtant immatériel, et les avertissements du conseil régional d’Ile-de-France qui cherche des solutions pour désengorger les transports en commun à La Défense », explique le responsable. Une trentaine de collaborateurs ont souscrit à la proposition à l’été 2019, suivis de trente autres cet hiver.

Le « vélo de fonction » rencontre un certain succès auprès des entreprises situées dans les centres urbains denses. Après le déménagement de son siège social sur deux sites un peu éloignés du métro à Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine), la société Boursorama, qui emploie 900 salariés, a fait appel à Green On, spécialiste du « vélopartage en entreprise » depuis une dizaine d’années.

Économie : Toute l’actualité sur Le Monde.fr.

LEAVE A REPLY