Grève RATP : trafic extrêmement perturbé ce vendredi 13 septembre

Grève RATP : trafic extrêmement perturbé ce vendredi 13 septembre

4
0
SHARE

Dix lignes de métro fermées, d’autres « partiellement ouvertes », une poignée de RER uniquement aux heures de pointe et seulement un tiers des bus en circulation… Ce vendredi s’annonce chaotique pour les usagers.

Le Monde avec AFP Publié aujourd’hui à 06h01, mis à jour à 06h11

Temps de Lecture 3 min.

C’est une journée de blocage monstre qui a commencé vendredi 13 septembre dans les transports en commun parisiens, à la suite du mouvement de grève de la RATP, première salve des mobilisations annoncées contre la réforme des retraites.

Dix lignes de métro hors service

Le trafic de métro est le plus affecté par ce mouvement. Dix lignes sont totalement fermées (lignes 2, 3, 3bis, 5, 6, 7bis, 10, 11, 12, 13). Sur les lignes 4, 7 et 8, un métro sur trois doit circuler, mais uniquement aux heures de pointe (entre 6 h 30 et 9 h 30 puis entre 17 heures et 20 heures). Plusieurs stations seront fermées, comme Montparnasse, Opéra ou Gare de l’Est. Sur la ligne 9, également ouverte seulement en partie, seulement une rame sur quatre est en activité.

Les deux lignes automatisées, la 1 et la 14, circulent normalement, mais risquent d’être rapidement saturées.

RER, bus et tramways perturbés

Dans le RER, le trafic est aussi très fortement perturbé, avec un RER A sur trois et un RER B sur cinq (avec interconnexion interrompue avec la SNCF en gare du Nord) uniquement aux heures de pointe. Sur la partie nord du RER B (à partir de Gare du Nord), gérée par la SNCF, un train sur deux sera opérationnel toute la journée.

La circulation des tramways et des bus sera également grandement touchée. En moyenne 1 bus sur 3 circule sur l’ensemble du réseau RATP. Idem pour les lignes T2, T3a, T5 du tramway pendant les heures de pointe. Sur la T3b, la T6 et la T8, compter sur 1 tramway sur 2 et un sur quatre sur la T1 et la T7. Cette dernière ligne circule également pendant les heures creuses, à raison d’un tramway sur six.

Les lignes SNCF Transilien ne sont pas concernées par ce mouvement social mais peuvent être touchées. Transilien communiquera sur les lignes concernées sur son site.

Lire aussi Dix conseils par temps de grève à la RATP

Partenariats et alternatives

« Un premier coup de semonce », ont ainsi averti les syndicats qui ont appelé à la grève, dont les trois organisations représentatives, Unsa, CGT et CFE-CGC. Ils ont décrété la « mobilisation générale » contre la réforme des retraites et pour le maintien du régime spécial des agents de la régie des transports parisiens.

Face à l’ampleur des perturbations, la RATP a mis en place des partenariats avec des entreprises pour proposer d’autres moyens de transport aux usagers, uniquement pour ce vendredi 13 septembre.

  • Cityscoot : la RATP finance trente minutes gratuites à ses clients qui utiliseront les scooters électriques en libre-service, avec le code promo RATP-1.
  • Klaxit, une start-up de covoiturage domicile-travail, proposent la gratuité des voyages aux passagers quelle que soit la distance en Ile-de-France.
  • Kapten, plate-forme de VTC, et la RATP proposent – 20 % sur les courses avec le code promo RATP4
  • Jump, service de vélos et trottinettes électriques disponibles en libre-service via l’application Uber, et la RATP offrent deux trajets de quinze minutes pour les Franciliens sur ses vélos et trottinettes électriques, avec le code promo RATP050.

Les menaces de Valérie Pécresse

La présidente de la région Ile-de-France Valérie Pécresse a réclamé à nouveau « un service garanti dans les transports aux heures de pointe en cas de grève », menaçant de ne pas payer la RATP pour la journée de vendredi. Si aucun texte ne prévoit de service minimum pour les transports, il est en revanche prévu dans le contrat liant Ile-de-France Mobilités (l’autorité organisatrice de transports) à la RATP que « lorsque le service prévisible est inférieur ou égal à 75 % (…) la RATP s’engage à maintenir un niveau de service d’au moins 50 % du service normal aux heures de pointes ».

Difficile pour la RATP de remplir cette obligation, alors que la journée s’annonce comme la plus forte mobilisation depuis douze ans. La grève du 18 octobre 2007 visait déjà une réforme des régimes spéciaux de retraite, sous la présidence de Nicolas Sarkozy.

Contrairement à une idée répandue dans l’opinion, la législation actuelle n’assure en rien un niveau minimal d’offre de transport. Le droit de grève, garanti par la Constitution, est en effet incompatible avec des réquisitions de personnel en arrêt de travail ; seule mesure qui permettrait avec certitude une continuité du service public. La loi française se contente d’obliger les parties en présence à discuter avant de lancer un mouvement social et surtout à organiser une information fiable des usagers les jours de grève.

Lire aussi Grève à la RATP : qu’en est-il du service minimum ?

Économie : Toute l’actualité sur Le Monde.fr.

LEAVE A REPLY