Grève contre la réforme des retraites : Martinez promet de «tenir jusqu’au...

Grève contre la réforme des retraites : Martinez promet de «tenir jusqu’au retrait» du projet

5
0
SHARE

Le ton monte, entre la première grosse journée de manifestations contre la réforme des retraites jeudi dernier et celle de mardi. Le secrétaire général de la CGT, Philippe Martinez, assure dans une interview au JDD ce dimanche que les opposants au projet du gouvernement « tiendron[t] jusqu’au retrait ».

« Les contacts qui avaient été pris ­depuis deux mois dans différentes entreprises publiques et privées montraient que le mouvement allait être fort : il l’a été encore plus que ce qu’on attendait. Quand on expliquait à Édouard ­Philippe qu’il y avait de la colère, il affichait un petit sourire. Ces derniers jours, il n’a pas dû sourire », argue le leader syndical.

Celui-ci a appelé, comme les autres grandes organisations, à manifester ce mardi, cinq jours après les premiers défilés organisés jeudi et ayant rassemblé entre 806 000 (selon le ministère de l’Intérieur) et 1,5 million (selon les syndicats) de personnes.

« Le gouvernement ­devrait être attentif »

Selon Philippe Martinez, « la balle est dans le camp du gouvernement ». « En 1995, au début de la première manifestation, le Premier ministre Alain ­Juppé avait dit que jamais il ne retirerait son projet. Les choses évoluent vite. Et la colère est grande. Le gouvernement ­devrait être attentif », clame encore le responsable syndical, dans une comparaison avec le conflit social d’il y a 24 ans.

Sur le fond, même si les détails du projet du gouvernement ne seront annoncés que mercredi, le patron de la CGT juge qu’il « n’y a rien de bon » dans le régime universel par points que souhaite l’exécutif.

Plusieurs ministres concernés par le projet de réforme doivent se retrouver ce dimanche en fin d’après-midi à Matignon avec le Premier ministre Édouard Philippe, puis dans la soirée à l’Élysée autour d’Emmanuel Macron.

Un mouvement annoncé plus dur lundi

Ce lundi s’annonce ensuite comme une « journée noire » dans les transports en commun. Le trafic à la RATP et celui à la SNCF seront toujours « extrêmement perturbés », d’autant que les trois premiers syndicats de cheminots ont appelé à amplifier le mouvement de grève à partir de ce jour-là.

Par ailleurs, de nombreux salariés pourraient ne plus pouvoir être en télétravail ou poser des jours de RTT, ce qui risque d’aggraver la circulation, déjà très perturbée vendredi dernier.

Le Parisien – Économie

LEAVE A REPLY