Energies : Elisabeth Borne invite EDF à envisager un scénario « 100 % renouvelables »

Energies : Elisabeth Borne invite EDF à envisager un scénario « 100 % renouvelables »

4
0
SHARE

La ministre de la transition écologique ne « partage pas » le point de vue du président d’EDF sur la construction de nouvelles centrales nucléaires.

Le Monde avec AFP Publié aujourd’hui à 17h29, mis à jour à 17h34

Temps de Lecture 2 min.

La ministre de la transition écologique, Elisabeth Borne, a appelé EDF, dimanche 10 novembre, à « réfléchir » à son rôle au cas où un scénario « 100 % énergies renouvelables » serait retenu à terme pour la fourniture d’énergie en France, aux dépens de nouvelles centrales nucléaires.

« L’objectif est de réduire la part du nucléaire à 50 % d’ici 2035. Au-delà, on doit avoir tous les scénarios sur la table avec un objectif d’assurer pour tous les Français et les entreprises une électricité abordable », a déclaré Elisabeth Borne dans l’Emission politique de France Inter, France Télévisions et Le Monde.

Dans un document interne révélé samedi par Le Monde, EDF évalue à au moins 7,5 milliards d’euros le coût unitaire d’éventuels nouveaux EPR, soit plus du double du prix initial du réacteur nucléaire de troisième génération de Flamanville qui a accumulé les retards et dont la facture actuelle atteint 12,4 milliards. En octobre, le PDG d’EDF, Jean-Bernard Lévy, avait déclaré à ce même quotidien qu’« il est clair que la France se prépare à construire de nouvelles centrales nucléaires ».

Lire aussi : Le programme de futurs EPR pourrait coûter au moins 46 milliards d’euros

Borne ne « partage pas » le point de vue de Lévy

Dimanche, Elisabeth Borne a estimé que « c’est très bien » que Jean-Bernard Lévy « ait son point de vue, que je ne partage pas. Il se trouve que la politique énergétique, c’est plutôt le gouvernement et en particulier la ministre en charge de l’énergie que je suis qui doit la définir ».

« Je l’invite à intégrer ce scénario sur lequel travaille le gouvernement, 100 % renouvelables. Il est indispensable qu’EDF réfléchisse aussi à la façon dont il peut être un grand acteur dans un tel scénario », a ajouté la ministre.

« Je vous confirme qu’on étudie à la fois un scénario dans lequel on continue à faire de nouvelles centrales nucléaires, et aussi un scénario 100 % renouvelables », a indiqué Elisabeth Borne. « On doit avoir tous les éléments sur la table mi-2021 » et « on a dit qu’on ne prendrait pas de décision sur de nouvelles centrales nucléaires avant la mise en service de Flamanville », a-t-elle rappelé.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Le climat, argument-clé d’EDF pour vendre l’atome à l’opinion

Mme Borne a admis que « ce qui n’a pas été suffisamment étudié, c’est des scénarios 100 % renouvelables. On n’est pas les seuls [pays] à étudier ce genre de scénario. C’est un scénario que nous étudions avec l’Agence internationale de l’énergie, et on souhaite avoir les éléments mi-2021 car ce ne sont pas des sujets totalement triviaux ».

L’énergie nucléaire « n’émet pas de gaz à effet de serre, c’est un plus » mais « ça produit des déchets, on en a pour des centaines de milliers d’années, c’est un moins », a-t-elle résumé.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Nucléaire : le gouvernement joue les équilibristes dans le débat sur les nouveaux EPR

Économie : Toute l’actualité sur Le Monde.fr.

LEAVE A REPLY