En Haute-Garonne, le sorgho est devenu une alternative au maïs

En Haute-Garonne, le sorgho est devenu une alternative au maïs

5
0
SHARE

Le sorgho souffre moins du stress hydrique et s’exporte très bien vers l’Espagne pour nourrir le bétail. Sa culture représente 5 000 ha en Haute-Garonne, un département qui a enregistré jusqu’à moins 40 % de rendement sur le maïs cette année. À Ayguesvives, Eric Zambon a pris le parti de cultiver de l’orge, du blé, du tournesol, du colza, et du sorgho, qui représente 40 de ses 220 ha.

« La rotation des cultures évite l’enherbement et limite les risques financiers. J’évite au maximum les produits chimiques, et le sorgho ne nécessite ni herbicide ni engrais donc permet des économies », affirme le cultivateur, qui a démarré cette culture il y a une dizaine d’années. « On le cultivait beaucoup dans les années 1970 sur nos coteaux du Lauragais, mais les variétés étaient mûres très tard, ce qui compliquait l’ensemencement d’une autre céréale après, donc elle a été remplacée par le tournesol. Avec l e réchauffement climatique et l’existence de variétés plus précoces, le sorgho se récolte début octobre. »

En plus d’être moins gourmande en eau, la céréale africaine coûte beaucoup moins cher en semences et son rendement est intéressant : 60 quintaux à l’hectare pour Eric Zambon, contre 30 en moyenne pour le maïs sur les coteaux avoisinants.

L’agriculteur le sème en avril dans les couverts végétaux, où elle prend racine et puise l’azote et l’humus. Il est persuadé que la plante, sans gluten et pauvre en tanin, aura des débouchés pour l’alimentation humaine. Il existe déjà de la bière et du whisky au sorgho. En Provence, en Charente ou plus récemment dans la Loire, des agriculteurs se sont mis à cette culture.

Le Parisien, partenaire de la consultation « Comment agir ensemble dès maintenant pour l’environnement ? », initiée par Make.org, vous invite à proposer vos idées et voter sur celles des autres participants dans le module ci-dessous. Vous serez informés des résultats en février 2020.

Le Parisien – Économie

LEAVE A REPLY