Abandon d’Europacity : les agriculteurs demandent leur maintien sur le site

Abandon d’Europacity : les agriculteurs demandent leur maintien sur le site

4
0
SHARE

Emmanuel Macron a annoncé début novembre l’abandon d’Europacity, un mégacomplexe de commerces et de loisirs qui devait être implanté d’ici 2027 dans le Val-d’Oise.

La Chambre d’agriculture d’Île-de-France a demandé ce dimanche le maintien des agriculteurs sur le site du projet Europacity qui vient d’être enterré par le gouvernement, dénonçant des propositions « alternatives qui reprennent vie » et viseraient selon elle « à revoir le modèle agricole ». 

VOIR AUSSI >> EN IMAGES. EuropaCity, le projet fou de méga complexe commercial près de Paris 

Le 7 novembre, Emmanuel Macron a annoncé l’abandon d’Europacity, un mégacomplexe de commerces et de loisirs qui devait être implanté d’ici 2027 dans le Val-d’Oise, et hérissait les défenseurs de l’environnement comme les petits commerçants. Ce projet devait couvrir 80 hectares de terres agricoles entre Paris et Roissy. 

« Maintien du potentiel productif agricole »

Saluant « une décision logique pour un projet démesuré », la Chambre d’agriculture de la région Île-de-France tient à « rappeler » dans un communiqué dimanche que « des agriculteurs sont déjà installés et exploitent les terres agricoles » sur le site envisagé. 

« Au nom du maintien du potentiel productif agricole et de la lutte contre l’artificialisation des terres », la Chambre « demande à ce que les agriculteurs soient maintenus et que de nouveaux débouchés viables économiquement leur soient proposés ». 

Selon elle en effet, « des projets alternatifs, tous plus utopiques les uns que les autres, fleurissent depuis des années et reprennent vie suite à l’abandon du projet Europacity, visant notamment à revoir le modèle agricole ». 

LIRE AUSSI >> Abandon d’EuropaCity : quel avenir pour les territoires du Triangle de Gonesse ? 

Selon la Chambre d’agriculture, les collectivités doivent désormais « proposer de nouveaux débouchés, avec une réelle valeur ajoutée. Nous défendons l’idée que ces terres participent au développement de filières viables, porteuses et en capacité de répondre aux demandes d’approvisionnement des 12 millions de Franciliens », met-elle en avant. 

Selon les Safer, les sociétés d’aménagement foncier et d’établissement rural, entre 1980 et aujourd’hui, la surface agricole utile (SAU) totale en France – composée de terres à labour, de prairies et de zones de viticulture – a été réduite de 32 à 27 millions d’hectares avec la construction d’aménagements routiers, commerciaux et urbanistiques. 

LEXPRESS.fr – Rss Economie

LEAVE A REPLY